De nouveaux détails sur la tentative de Kidnapping de Sonya Deville

0
3218
Sonya Deville

Le Tampa Bay Times a publié de nouveaux détails troublants sur la tentative de Phillip A. Thomas d’entrer par effraction chez Sonya Deville. Dans la requête de Deville au tribunal où elle demandait une protection contre Thomas, elle a dit qu’elle s’était retrouvée face à lui et lui avait dit : « Que faites-vous, que voulez-vous ? » Et quand elle a vu qu’il avait un couteau et une bombe lacrymogène en main, elle a compris qu’il n’était pas là simplement pour l’enlever, mais pour lui faire mal.

Selon le rapport d’arrestation et la requête déposée par les procureurs, Thomas a admis avoir conduit de la Caroline du Sud à la Floride samedi. Il a garé sa voiture près du domicile de Deville, et il s’est rendu à pied au domicile en transportant des objets, notamment un couteau, une bombe lacrymogène, des menotte et du ruban adhésif. Il a ensuite fait un trou dans la grille et est resté sur le patio pendant trois à quatre heures en regardant et en écoutant par les fenêtres.

Mandy Rose était chez Deville la nuit où l’incident s’est produit. Deville l’a réveillée vers 2h41 du matin lorsque le système d’alarme de sa maison s’est déclenché. Toutes deux se sont enfuies vers le garage et ont pu s’échapper en voiture et appeler la police. Thomas pensait que Deville était toujours à l’étage et il a déclaré qu’il avait l’intention d’utiliser un spray au poivre sur elle et de la prendre en otage.

Il a dit à la police qu’il prévoyait de la garder en otage jusqu’à ce qu’elle « réponde à toutes ses questions ». Selon l’accusation, « le défendeur a admis que son intention était de prendre Mme Berenato en otage en la pulvérisant (avec) du spray au poivre, en lui liant les mains avec les menottes et en enroulant du ruban adhésif autour de ses bras pour l’empêcher de riposter. Il a déclaré qu’il avait l’intention de garder Mme Berenato en otage, l’empêchant d’assister à un événement prévu pour la semaine suivante, et qu’il n’allait pas quitter sa résidence sans qu’elle ait répondu à toutes ses questions ».

Deville a déclaré que la police lui avait donné le nom de Thomas et que lorsqu’elle l’avait recherché sur Instagram, il lui avait envoyé de nombreux messages « obsessionnels ». Elle a déclaré : « La nature des messages de ce compte était obsessionnelle, suicidaire, disant : « Tu es la seule personne que j’aimerai jamais ».

Thomas a envoyé un message à 12h16 dimanche qui disait : « Regarde dehors, bébé, près de ta piscine. Je suis là. Je vais tuer cette petite p**** que tu as à l’intérieur avec toi. »

Thomas avait déjà envoyé des messages disant qu’il connaissait l’adresse de Deville, avait menacé sa famille, décrit des actes sexuels, et lui avait envoyé une photo de son pénis.

Depuis, Deville a obtenu une injonction temporaire contre Thomas.

Une audience est prévue jeudi visant à empêcher la libération sous caution de Thomas.